Le tabac est loin d’être le seul polluant de l’air intérieur | mysphair

Le tabac est loin d’être le seul polluant de l’air intérieur

Plusieurs bâtons d'encens et des bougies

L’initiative ‘moi(s) sans tabac’ a été lancée depuis 2 semaines déjà !

 

Quel est le premier polluant dans les logements en France ? Le tabac. Chaque année , le tabac tue 73 000 personnes en France. Même si on fume dans le logement que de manière occasionnelle et qu’on prend soin d’ouvrir les fenêtres, les composants de la fumée de cigarette restent dans l’air. Et bien qu’ils soient en partie absorbés par les rideaux, tissus et moquettes, ils continuent d’être remis en suspension dans l’air à long terme, avec des effets néfastes sur la santé des fumeurs et des non-fumeurs dans le foyer : maladies cardio-vasculaires, cancers de poumon, exacerbation d’asthme et d’allergies.

La solution unique pour éviter les traces de fumée de cigarette dans le logement : sortez à l’extérieur pour fumer, et demandez à vos invités d’en faire autant. Cependant il existe aussi d’autres sources de particules fines dans le logement : l’encens et les bougies. C’est joli et ça sent bon, mais avec les parfums d’intérieurs ils sont des faux assainisseurs d’air et leur usage est mieux limité.

Les encens 100% naturels sont de plus en plus rares ; ils comprennent souvent un très grand nombre de substances : parfums de synthèse, colorants artificiels, résine et charbon. De plus, brûler de l’encens ne génère qu’une combustion partielle (contrairement aux bougies qui ont une combustion complète), qui relâche un cocktail de substance dans l’air. Les fumées d’encens comprennent des particules fines et des COV sous forme d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), un groupe de composants cancérigènes, et des substances hautement toxiques. Cependant, afficher la composition des bâtons d’encens n’est pas obligatoire en France.

Brûler de l’encens émet des vapeurs qui remplissent une pièce entière et les résidus de combustions se comportent comme ceux du tabac : ils se faufilent dans les moquettes, les rideaux et les tissus, et se diffusent à l’intérieur du logement à long terme. Les principales substances toxiques émises par l’encens sont les particules, les phtalates, le benzène (classé cancérigène), le styrène, le naphtalène et le formaldéhyde ; pour les bougies, l’acroléine, des particules et le formaldéhyde. Les polymères utilisés dans les bougies parfumées relâchent des substances en se dégradant lors de la combustion. A éviter aussi d’urgence : les désodorisants d’intérieurs tels Febreze, Air Wick, Ambi Pur et Oust, qui ne servent qu’à diffuser des substances toxiques dans l’air du logement pour masquer les odeurs.

Pour réduire les quantités de COV émis, choisissez des bougies à base d’huiles végétales au lieu de paraffine, et avec des parfums naturels. Il existe des bougies à basses émissions de COV, il suffit de chercher. Ceux à base de de produits naturels (cire d’abeille, cires végétales) et moins parfumées sont moins émissives.

 

Les atouts cachés du papier d’Arménie !

Le papier d’Arménie a des émissions beaucoup plus faibles de benzène et de formaldéhyde et donc offre une alternative un peu moins toxique. Le mieux ? Des fleurs et de l’air frais. Si vous faites brûler de l’encens et des bougies, ventilez bien, utiliser un aspirateur équipé d’un filtre HEPA pour bien enlever les poussières des moquettes, et nettoyer les rideaux et les couvertures de fauteuils et sofas régulièrement.

Arrêter de fumer reste un défi difficile si on en est dépendant depuis un certain temps. Mais c’est possible, et le résultat est bien meilleur pour sa propre santé et celle de ses proches.

Taged in
Related Posts

Leave a Comment!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attendez SVP...

Abonnez-vous à notre newsletter !

Et recevez régulièrement des conseils et des articles sur la qualité de l air chez vous